Japon vers Paris (^ .^)

Vous vous êtes enfin décidé! Une nouvelle école d'art de la scène vient d'ouvrir sur Paris. Cette école est la meilleure qu'il peut exister pour décrocher de bons castings plus tard.. Que votre rêve soit d'être acteur, chanteur, musicien professionnel.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le souvenir du sable chaud [Privé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Mizuki Yasaka
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 477
Age : 25
Localisation : près de paris
Loisirs : Gymnastique, lire manga, rêver
Date d'inscription : 13/06/2007

Feuille de personnage
Section: Chant
Âge: 17
Particularité: Voix très cassée

MessageSujet: Le souvenir du sable chaud [Privé]   Sam 15 Sep - 2:26

Mizuki, après une heure de TGV, et 2 heure de marche, arriva sur une plage.
Enfin, une plage, on devrait plutôt dire une crique.
Un lieux superbe, entre deux falaises, une brise méditerranéenne, et un soleil couchant rougeouyant. C'était le lieux idéal, le lieux dont Mizuki rêvait depuis quelques heures avant d'avoir fais l'achat compulssif de son billet de TGV.
Et elle était enfin arrivée.
Elle avait tellement besoin de se retrouver seule avec elle même, seule avec ce soleil, seule avec cette mer, seule seule seule.
Ne rien dire, ne rien penser, ne plus réfléchir: Respirer.

Le vent amenait à ses frêles narines les souvenirs les plus durs, les plus cachés. L'odeur salé de la mer, comme le jour de ses 14 ans.
Le jour de sa première relation amoureuse, le jour où la douceur lui apparut enfin clairement, la douceur de ses lèvres, la fraicheur de ses doigts, la beautée de ses grands yeux vert, la courbe de ses reims, la chaleur de ses "je t'aime".
Lui, lui et seulement lui. Le seul qui sut lui faire l'amour sans la baffouer, le seul qui sut la toucher sans la salir.
Celui qui lui disait toute les plus belle parôles sans jamais remuer les lèvres.
Cet amour, ce seul amour, le seul, seul, seul.
Ce garçon de 17 ans qui lui apprit toute la vie. La beauté de l'herbe verdoyante, l'hypnotisme des étoiles, le cri du vent, le sable chaud enfouit sous le sable froid la nuit, la douceur des friandises. Elle était en lui, lui était en elle.
Jamais l'un sans l'autre, jamais leurs regards ne fuiyaient, main dans la main, yeux dans yeux. Son secret, son amour inavouer, la peur de le perdre à cause de des "on dit", sa seule liberté, sa seule fuite.
Personne à qui confier son bonheur, personne à qui exprimer sa joie, seulement lui et elle, elle et lui.
Deux ans de passions, deux ans de bonheur, deux ans de fusions, sans arret sur image, sans aucune pauses.
Personne n'était au courant, ils partageaint leur amour à deux, et seulement à deux.
Puis la vie, le destin, le hasard, la malchance, tant de causes.. pour un seul et même résultat: stop.
Plus de nouvelle, plus de regard, plus de soleil, plus de nuit à faire l'amour, plus de regards complices, plus rien, le vide..
Le rêve ce finit, le soleil se couche, la mer baisse, les fleurs se referment, le vent se ralentit, et le coeur bas au plus profond de votre être.
Personne à appeler pour savoir pourquoi, pour comprendre. Personne à qui se plaindre ou encore se confier.
Puis une semaine plus tard, seule dans le Rer, les pensées occupée par lui et seulement lui, un vieux journal chiffonné sur le siège opposé.
Et là, le temps s'arrête, seule au milieu de rien, les yeux qui coulent seuls, et les gens qui ne la remarques même pas.
Puis plus rien, le vide, le noir, le froid.
Il n'est plus là, son coeur, son visage, ses mains, ses reims, ses yeux..
Plus rien. Tout a disparut, tout, tout, tout..
Quelqu'un a osé, lui prendre tout ça, cette personne a osé. Cette personne a osé abimer son corps tout entier.
Cette personne a osé voler à Mizuki, son seul être aimé.
Son âme est encore ici, mais où? Et comment faire pour la trouver? comment faire pour lui parler? sur qu'elle épaule pleurer? et à qui se confier?
Un plus un égal deux, mais un plus zéro égal un.
Mizuki était seule, personne à qui avouer sa peine.
Elle ne voulaitet ne pouvait pas tout recommencer à zero. Raconter ce qu'elle a ressentit à chaque instant, et revivre sa joie, sa peine, et sa haine encore et encore. Il fallait enfouire cette histoire, l'oublier, comme un rêve qui se termine en cauchemard, comme une nuit chaude qui se termine par une pluie froide, comme un soleil qui se couche pour ne plus se réveiller.
Sans même avoir eu le temps de le remercier, sans même avoir eut le temps de lui chanter la chanson écrite pour lui et seulement pour lui, avec cette voix qu'il aimait tant écouter, celle avec laquelle il se réveillait, celle avec laquelle il s'endormait, celle avec laquelle il lui faisait l'amour: la voix de sa bien aimée...

C'est alors que l'été de ses seize ans, Mizuki mourrut elle aussi.
Pas corporèllement, mais son âme, son coeur, sa tête, tout était mort, rongé de l'intérieur, comme une enveloppe sans lettre dedans, ou encore comme une veille planche de bois abimée par les termites.
Seule, sa voix pour la délivrer de tout ça, cette voix par laquelle elle communique avec lui, cette voix avec laquelle elle ne racontera jamais cette histoire, cet amour est et restera secret car ils se le sont jurer, à la vie, à la mort.
Seule sur cette plage, seule, seule.
Seule? Nan elle n'est plus seule car maintenant il vit à travers elle, comme elle a toujours vécue en lui, avant, avant, avant...

Le regard plus loins que l'horizon, les pensées plus loins que l'infinie, et les yeux plus humide que tout l'océan Pacifique, Mizuki s'endormit sur cette plage au sable froid d'apparance mais si chaud en dessous...

_________________

A d m i n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvelle-vie-a-paris.forumsactifs.com
 
Le souvenir du sable chaud [Privé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Révélations privées
» HELP ! Cherche preuves de salaire d' AS dans le privé
» Chaud ou froid?
» Le sable
» [HEPM] Hautes Etudes Polytechniques Maroc (privé) Demande d'infos svp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japon vers Paris (^ .^) :: RPG dans Paris :: TGV grandes lignes vers..-
Sauter vers: